Concept et origines

 

Les enfants ont bien des choses à nous dire avant de pouvoir parler !

Très tôt, les bébés se saisissent de la gestuelle pour communiquer avec les personnes qui les entourent : ils disent par exemple au revoir de la main, font les marionnettes, envoient des bisous… Ils utilisent des signes pour communiquer. Et, c’est de longs mois plus tard, que les bébés pourront parler et utiliser des mots pour se faire comprendre. Alors, en attendant que la parole se mette en place, les bébés pourront, si cela leur est utile, utiliser des signes de la Langue des Signes Française (LSF) pour se faire comprendre et exprimer leurs besoins. Ce n’est pas un apprentissage de la LSF qui est proposé aux bébés : l’adulte, tout en parlant au bébé, va accompagner sa parole en signant les mots « clés ». Au fur et à mesure, le bébé pourra reproduire les signes, par mimétisme dans un premier temps, puis se les approprier et les utiliser pour exprimer ses besoins.

L’utilisation des signes de la LSF permet donc aux enfants « pré-verbaux » de disposer rapidement d’un vocabulaire de base pour exprimer leurs besoins, leurs désirs, leurs émotions et être mieux compris, en attendant de parler. Cela va leur permettre d’améliorer la communication avec leur entourage et contribuer à diminuer leur niveau de frustration pouvant être intense lorsque les enfants n’arrivent pas à se faire comprendre. Les signes permettent d’accompagner et de réduire les pleurs, les colères et les frustrations dus à l’incompréhension, de profiter de moments ludiques et paisibles et d’enrichir la relation avec bébé.

Ce concept existe depuis plus de 40 ans aux Etats-Unis et il a été importé en France par Nathanaëlle Bouhier-Charles et développé en partenariat avec Monica Companys en 2006.

Aujourd’hui, de plus en plus de familles et de professionnels utilisent les signes associés à la parole avec les bébés et les jeunes enfants.

 

Les signes sont à la portée de TOUS les bébés !